Défis a proposé sa première mission de service civique en 2013. Andres-Camille Locu-Faivre fut le premier volontaire retenu, suivi de Marion Jaffré pour une seconde mission quelques mois plus tard. Nous avons souhaité savoir ce qu’ils étaient devenus, et ce que cet engagement leur avait apporté dans leur parcours. Entretien :

Le service civique est un dispositif ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans (et parfois jusqu’à 30 ans) permettant de s’engager volontairement au service de l’intérêt général. 92 000 volontaires ont ainsi réalisé une mission en 2016.

Andres-Camille Locu-Faivre Service Civique A l’époque, qu’est ce qui vous a poussé à vous engager dans un service civique ?

Andres-Camille Locu-Faivre : Je sortais d’une licence en communication et événementiel. Réaliser une mission de service civique était pour moi l’occasion d’associer une première expérience de travail à un engagement volontaire.

Marion Jaffré : Je me suis lancée dans l’aventure du service civique un peu par hasard. J’avais des rendez-vous réguliers avec la Mission Locale, j’étais un peu perdue question orientation. Je voulais rester dans le domaine de la communication, mais je n’étais pas vraiment sûre de moi et je manquais d’expérience professionnelle. On m’a alors parlé de l’association Défis, qui cherchait un volontaire en service civique. J’ai accroché sur l’idée de « valeurs sociales » : pouvoir aider les autres, le sens même du civisme, et c’était l’occasion de me conforter dans mon choix d’orientation, j’ai foncé.

Comment s’est passé votre expérience au sein de Défis ? Quelles sont les missions qui vous ont été confiées ?

MJ : J’étais présente 4 jours par semaine à l’association, j’ai eu le temps d’être autonome, comprendre mes tâches, et d’être à l’aise avec l’équipe. Mes principales missions durant mon volontariat consistaient à développer la politique de communication de l’association mais aussi d’accueillir et d’accompagner les usagers. J’ai pu renseigner les adhérents et, selon leurs besoins, les accompagner en atelier numérique pour les aider à améliorer leur connaissance des outils informatiques. Aussi, j’ai pu participer à la mise en place des projets, notamment avec l’événement « Rencontres Handicaps & Numérique ».

ACLF : J’ai eu la chance de passer 8 mois au sein de l’association, de septembre 2013 à mai 2014 . Au cours de cette mission, j’ai pu appréhender une réelle problématique « sociale » : celle de l’e-exclusion. A l‘heure de l’hyper digitalisation de notre société, on oublie que l’outil numérique n’est pas accessible à tout le monde.

Qu’avez vous tiré de cette expérience ? Qu’est ce que cela vous a apporté ?

ACLF : L’expérience à l’association m’a permis de mettre en pratique mes compétences professionnelles et de me sentir « utile » dans mon travail. J’ai eu l’occasion de faire de très belles rencontres, au sein d’une association qui vit bien, entre salariés très compétents et impliqués dans leur engagement, des bénévoles dynamiques et des adhérents toujours plus désireux de se perfectionner. Une de ces expériences qui vous marque plus que les autres. Une de ces expériences qui vous enrichissent l’âme.

MJ : Le service civique a été bénéfique pour moi. Il m’a permis de faire le point sur mon avenir et me décider à rester et persévérer dans le secteur de la communication. J’ai appris à travailler en groupe, à écouter, à prendre des initiatives mais j’ai surtout appris à prendre confiance en moi. Je suis sortie du Service Civique avec un réseau agrandi mais aussi avec des valeurs humaines.

Marion Jaffré Service CiviqueQuel a été votre parcours suite au service civique ?

MJ : Après mon Service Civique, j’ai eu quelques mois de flottement, je ne trouvais pas de travail, malgré mon acharnement quotidien. Ne trouvant rien et perdant espoir, j’ai commencé des démarches pour reprendre des études, changer complètement d’orientation au vu du secteur bouché. Et soudain, un appel qui change tout, mon ancienne collègue avec qui je suis restée en contact m’appelle pour me proposer un contrat en tant qu’assistante communication pour une collectivité. C’était en contrat CAE, mais mieux que rien.

ACLF : A la suite de mon service civique, j’ai décidé de reprendre un cursus d’étude pour me spécialiser dans le domaine du digital (surement beaucoup influencé par mon expérience à Défis).

Où en êtes vous désormais ? quels sont vos projets pour l’avenir ?

MJ : Je suis actuellement à ma deuxième année de mon contrat CAE, en tant que «  chargée de communication et de la citoyenneté ». Je suis en charge, entre autre, de l’organisation de points citoyens, et de répondre aux différentes questions des habitants. Je gère également la relation avec la presse, l’organisation d’événements, la mise à jour des différents réseaux numériques… Mon prochain objectif est de passer le concours d’adjoint administratif de fonction publique territoriale en avril 2018.
ACLF : Aujourd’hui je suis salarié d’une société américaine située à St Malo, en qualité d’assistant marketing. Je reste à l’écoute de l’actualité de l’association, par le biais des réseaux sociaux et des contacts avec l’équipe. A chaque occasion, je n’oublie jamais de parler de l’action de cette si belle association.

En savoir plus

Une troisième mission de service civique s’est achevée à Défis il y’a quelque mois. Après Mathilde, qui a du interrompre sa mission après quelques semaines, c’est Alexandre qui a pris la suite. Nous lui souhaitons la même réussite que nos 2 premiers volontaires !

Pour en savoir plus sur le service civique :

http://www.service-civique.gouv.fr/

Logo Service Civique